Commercialiser des produits alimentaires en Chine

Commercialiser des produits alimentaires en Chine 2019-04-03T18:27:53+02:00

A l’instar de la cosmétique, l’Etat chinois est particulièrement protectionniste dans le secteur de l’alimentaire. Une « liste positive », s’est ainsi substituée en 2016 à la « liste négative » c’est-à-dire la liste des produits interdits, ce qui a conduit à réduire drastiquement le nombre de produits autorisés à l’importation. Une fois autorisé à l’importation, tous les produits sont soumis à un agrément qui comme pour la cosmétique est long et coûteux à obtenir. Une fois ces deux obstacles franchis, reste le contre-étiquetage en chinois et les droits de douane de 10 à 30% auxquels s’ajoutent la tva de 16%.

Là encore le canal crossborder est une formidable opportunité. La quasi-totalité des produits alimentaires secs sont acceptés et beaucoup de produits frais également. Les produits secs pourront être importés via le canal postal ou express tandis que les produits frais ne pourront l’être que via les entrepôts en zone franche.

Le retour d’expérience de La Boutique France est particulièrement positif pour le lait en poudre qui reste l’un des marchés les plus dynamiques en e-commerce crossborder. Les 2 marques de lait en poudre vendues sur notre e-boutique en date de décembre 2018, ont donné lieu sur l’année écoulée à un petit nombre de contrôles douaniers qui ont validé l’entrée des colis et se sont contentés d’un forfait de taxation unique de 15% vs 26% en général pour le régime commun d’importation.

De même nous n’avons rencontré aucune difficulté à vendre des vins grands crus sans contre-étiquetage et sans enregistrement.

Des discussions sont en cours pour exporter du miel, du foie gras en conserve et d’autres compléments alimentaire.